Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après la publication de mon second billet sur mon blog, l’association « Le Refuge », qui accueille les jeunes en situation d’exclusion, s’est lancée dans une campagne indigne de dénigrement, à mon encontre, sur les réseaux sociaux. Pour moi, l’affaire était close car les jeunes qui ont été expulsés ne se retrouvent pas à la rue, grâce un élan de solidarité spontané qui s’est mis en place autour d’eux. Je ne peux que m’en réjouir.

Un procédé (in)digne des heures les plus sombre de l'histoire de notre pays

Hier, le président de l’association a publié, sur sa page Facebook et sur les autres que sa structure administre, un post dont les termes ne laissent planer aucun doute sur sa volonté de faire taire toute critique qui pourrait être émise. Sans apporter aucun élément probant. Un procédé qui ressemble à celui qui a trop souvent utilisé lors des heures les plus sombres de l’histoire de notre pays...

«Tout doit être dit !

Depuis quelques jours notre belle famille est la cible d'une campagne de dénigrement orchestrée par un ex-bénévole M. Loustau dont nous avons plusieurs fois pu constater la trop grande proximité avec les jeunes hébergés.

Fait du hasard (?) M. Loustau a pour ami M. Giuseppe Di Bella, blogueur et auteurs des articles quotidiens contre Le Refuge.

Fruit du hasard, M. Loustau est ami avec les 2 jeunes dont il est question dans ces articles.

[…]

M. Loustau m'avait indiqué que si nous ne revenions pas sur notre décision de l'exclure, il contacterait son ami "journaliste" M. Giuseppe Di Bella.

M. Loustau est extrêmement connu pour avoir reproduit les mêmes scénarios avec plusieurs associations ou administrateurs de groupes Facebook.

Les documents apportés ici ou là sont totalement sortis de leur contexte, au mépris du travail social. Les jeunes, même s'ils ne peuvent prétendre que le contraire, sont manipulés par cette personne, ce qui rend notre accompagnement difficile voire impossible au quotidien.

Malgré tout, nous laissons la porte entièrement ouverte à ces deux jeunes, un nouveau départ est toujours possible au Refuge.

Messieurs, ne vous servez pas des jeunes pour cracher votre venin contre une structure !

Nicolas NOGUIER »

Un peu de transparence !

Tout d’abord, je n’ai jamais rencontré Monsieur Christophe Loustau. Nous vivons à plus de 1 000 kilomètres de distance l’un de l’autre. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler « un ami ». J’ai fait sa connaissance sur Facebook, il y a environ deux ans. Nous nous entretenons au téléphone de temps en temps. Je suis intervenu, à plusieurs reprises, sur la page Facebook qu’il administrait auparavant pour écrire des billets qui abordaient le thème de l’homophobie et dans l’émission de radio « Egalité » qu’il animait sur « Lyon Radio » (mes interventions étaient toujours faites par le biais de Skype).

Je n’ai jamais prétendu être « journaliste ». Je suis amené à réagir régulièrement pour plusieurs médias (presse, radio, télévision) afin donner mon opinion sur des sujets qui me tiennent à cœur.

Monsieur Christophe Loustau a été exclu de l’association ? Si c’est le cas, il doit exister une notification écrite de son exclusion. Les associations qui ont recours à cette action, qui est loin d'être anodine, doivent suivre une procédure très stricte, définie par les textes de loi en vigueur. Où est ce document ? J’attends que l’association fasse preuve de transparence sur ce sujet.

Quant aux autres accusations assez graves portées à l’encontre de Monsieur Christophe Loustau, où sont les preuves tangibles qui peuvent les étayer ? Quelles sont les associations qui ont à se plaindre de lui ? J’attends, encore une fois, que l’association « Le Refuge » fasse preuve de transparence.

Le témoignage troublant de Cindy Lopes (Secret Story 3)

Ce qui est assez troublant, c’est que la campagne de dénigrement que mène l’association « Le Refuge » à mon encontre ressemble étrangement à celle dont Cindy Lopes, ex-candidate de « Secret Story 3 », avait été victime, il y a quelques années. Son témoignage est public. Il a été publié sur sa page Facebook, le 2 juin 2011.

« Salut à tous,

Aujourd’hui j’écris ces quelques lignes pour rétablir une vérité. Je sais que depuis quelques jours un soi-disant administrateur de l’association «Le Refuge» envoie des mails à des personnes qui me soutiennent en disant que je ne suis plus la marraine du Refuge et menace les différentes pages qui me présentent comme telle d’attaque en justice pour diffamation. Leur raison? J’aurai critiqué le Refuge. En effet, ils auraient entendu par des amis, d’amis, d’amis... bref des personnes en qui ils ont confiance que lors d’une soirée à L’oiseau Bariolé j’aurai ouvertement critiqué et insulté le Refuge.

Mais que s’est-il vraiment passé?

J’étais tranquillement en train de siroter un verre quand un homme est venu me parler. Cet homme ne m’était pas étranger car lui aussi parraine le Refuge depuis peu. Il faut en effet savoir que cette association change de parrain / marraine assez régulièrement. Cet homme : Stéphane Slima. Outé depuis peu et qui avait décidé de défendre cette association. Quoi qu’il en soit en coulisse le discours n’était plus du tout le même. Il me parle de ses doutes sur des possibles détournements de fonds, sur un salaire exorbitant pour le directeur général et sur un tas d’autres choses pas très glorieuses. Ce n’est pas la première fois que ce genre de doutes m’arrivent aux oreilles. En effet il y a un an, un jeune homme alors membre de l’association, avait fait partir une lettre à 5000 personnes, sur un réseau social très connu, dans laquelle les mêmes soupçons avaient été prononcés.

En écoutant Stéphane me raconter cela, j’ai en effet répondu «C’est possible». Parce qu’en effet tout est possible dans le milieu associatif et que je n’ai pas la réponse à ces questions. Ma réponse n’était absolument pas affirmative.

Maintenant ce que je peux affirmer, c’est que jamais le Refuge ne m’a contactée pour m’en parler ou m’annoncer officiellement que je n’étais plus la marraine. Non, ils ont préféré passer par des «fans», souvent mineurs, et les menacer d’attaque juridique. Jamais je n’ai dit quoi que ce soit au Refuge quand l’une de ses membres m’a insulté ouvertement alors que j’étais dans Carré VIIIP¨. Et enfin malgré mes nombreuses relances, jamais le Refuge ne m’a contactée pour mettre en place un projet ensemble.

Le fait que le Refuge ne me veuille plus comme marraine n’est pas un problème (car honnêtement je n’avais de marraine que le nom) mais ce sont leurs méthodes douteuses et d’intimidation qui me posent un sérieux problème.

Pour moi, le dossier Refuge est clos.

Votre Cindy. »

Je laisse à chacun le soin de se faire sa propre opinion. Pour ma part, je n’ai pas l’habitude de courber l’échine devant l’adversité. Je n’ai pas l’habitude de me laisser intimider et de céder face à des menaces ou des pressions. Je suis bien trop attaché à la liberté d’expression, dans un Etat de droit comme la France. Que cela plaise ou non.

« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage » (Molière).

Giuseppe Di Bella

« Le Refuge » mène une campagne de dénigrement à mon encontre : ma réponse face à ses attaques peu reluisantes
« Le Refuge » mène une campagne de dénigrement à mon encontre : ma réponse face à ses attaques peu reluisantes
« Le Refuge » mène une campagne de dénigrement à mon encontre : ma réponse face à ses attaques peu reluisantes

Partager cet article

Repost 0