Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous pouvez consulter attentivement tous les ouvrages de géographie ou de géopolitique les plus récents, les plus documentés, vous ne trouverez jamais mention de la principauté de Hutt River, située dans l’ouest australien, à 500 kilomètres de la ville de Perth. Et pourtant, ce pays existe bel et bien !

Contestant un quota agricole qui risquait de mettre son exploitation au bord de la faillite, Léonard Casley, fermier de son Etat, décida de faire sécession avec l’Australie, le 21 avril 1970. La province de Hutt River était née.

Quelques mois plus tard, Léonard Casley décida d’ériger sa province indépendante en principauté souveraine. D’éleveur de moutons, il devint prince et, cela, le plus légalement du monde ! En effet, en droit international, la sécession est possible si un texte de loi de l’Etat d’origine le permet en cas de menace directe sur l’économie et la survie d’un territoire. Or, l’Australie, pays membre du Commonwealth, dispose toujours de vieilles lois héritées de l’ancien empire britannique et rien dans ces anciens textes n’interdit la sécession. Plus extraordinaire encore, le gouvernement australien n’a jamais rien tenté pour mettre fin à la folle aventure de Léonard Casley !

S’étendant sur plus de 75 kilomètres carrés, approximativement la superficie de la ville de Hong Kong , la principauté de Hutt River n’est habitée que par quelques milliers de moutons et une petite trentaine d’habitants. Ici pas de casino, pas d’eau courante et juste un modeste groupe électrogène pour lui fournir ses besoins en électricité. Elle dispose de sa propre force de sécurité, de sa monnaie et de ses timbres-poste. Elle émet des passeports et, mieux encore, elle dispose d’un corps consulaire et diplomatique fort dynamique et implanté sur presque tous les continents. Cerise sur le gâteau : tous ses résidents permanents sont exonérés de taxes et d’impôts par l’administration australienne. Un véritable petit paradis fiscal !

Le rêve de « Son Altesse Sérénissime le prince Léonard » est de pouvoir disposer d’un siège à l’ONU. A l’heure actuelle, la communauté internationale de semble pas être prête à porter un regard bienveillant sur les prétentions à aspirer à la pleine souveraineté de la principauté de Hutt River.

Marre de payer des impôts, des taxes ? Et pourquoi ne pas essayer de créer votre propre pays, comme l’a fait Léonard Casley ? Le résultat n’aura peut-être pas le même succès. Qui ne tente rien…

Giuseppe Di Bella

S.A.S. le prince Léonard de Hutt River

S.A.S. le prince Léonard de Hutt River

Partager cet article

Repost 0