Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Le 10 septembre, le musée Grévin de Paris a inauguré, après Lady Gaga au mois de juillet, une nouvelle statue de cire qui est présentée aux côtés du roi Juan-Carlos d’Espagne, du président russe Vladimir Poutine, du président américain Barack Obama ou encore de la chancelière allemande Angela Merkel.

Mais qui est donc ce personnage qui bénéficie d’une compagnie aussi illustre ? Il s’agit du « Hommen », opposant au mariage pour tous, qui a perturbé la finale masculine de Roland-Garros, le 9 juin dernier.

 

 

 

 

 

Vous êtes dubitatif ? Pourtant, une photo, avec le logo du musée Grévin l’atteste... Si c’est le cas, vous avez raison. Il ne s’agit que d’un montage publié sur la page Facebook des « Hommen », avec la légende «François, Taubira, Valls, on ne va pas vous lâcher... Nous abolirons le mariage gay » (sic). Personne ne serait assez stupide pour croire à cette histoire. Il s’agit encore une fois d’une manipulation - une de plus… - de ce groupuscule aux actions radicales, émanation du Printemps français de Béatrice Bourges, qui mène un combat d’arrière-garde contre l’égalité des droits pour les couples de même sexe.

Le musée Grévin a réagi, timidement il faut le souligner, le jour même de la publication de la photo truquée sur la page Facebook des « Hommen », en laissant le commentaire suivant : « Le Musée #Grévin déplore fermement l’utilisation abusive de sa marque et rappelle par ailleurs qu’en sa qualité d'établissement recevant du public et plus particulièrement de site de loisirs à vocation familiale, il est et se doit de rester totalement apolitique et areligieux ».

 

 

 

 

La direction de l’établissement souhaite-t-elle en rester là ? C’est une question qui mérite d’être posée. Il y a bien un détournement de la marque du célèbre musée parisien, connu dans le monde entier. Cela ne fait aucun doute. Il lui aurait pourtant été très facile de faire supprimer très rapidement la publication indésirable par les services compétents de Facebook. On sait que le réseau social de Mark Zuckerberg est très pointilleux lorsque des signalements de ce genre lui parviennent.

Avant tout, c’est l’image de marque du musée Grévin qui est gravement écornée. Et cela risque de lui porter préjudice s’il ne montre pas un peu plus d’empressement et d’énergie à faire valoir ses droits légitimes. Les « Hommen » ne sont pas au-dessus des lois, il faut qu’ils le comprennent.

Il faut également que le musée Grévin prenne conscience qu’en qualité « d’établissement recevant du public et plus particulièrement de site de loisirs à vocation familiale », il est de son devoir d’accueillir et de respecter toutes les familles. Son nom ne doit pas être associé aux « Hommen », au risque de froisser, à juste titre, les personnes qui ne partagent pas la vision étriquée et archaïque de la famille prônée par le groupuscule opposé à l’égalité pour les couples de même sexe.

Cette affaire montre à merveille l’esprit manipulateur et grotesque qui anime les « Hommen ». Le commentaire pertinent d’un internaute mérite de retenir toute notre attention : « Votre sinistre pantin n'a rien d'une célébrité et le fait que vous en soyez arrivé à vous réfugier dans un mensonge aussi pathétique pour vous donner l'impression d'exister en dit long sur l'avenir de votre mouvement ». Tout est merveilleusement résumé en une seule phrase…

 

Giuseppe Di Bella

 

 

 

 

Un « Hommen » au musée Grévin ? Une provocation grotesque et pathétique

Partager cet article

Repost 0